English  |  Español
Les Gagnants

2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
2011 2010 2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002
2001


GAGNANTS DES BOURSES 2021
En 2021, la Fondation Alter-Ciné a reçu 140 projets documentaires provenant de 46 pays.



Polen Ly, lauréat d’une bourse de 10,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Une première bourse de 10,000$ a été attribuée au cinéaste cambodgien Polen Ly pour son projet The Tongue of Water.

RÉSUMÉ DU PROJET

Neang, une mère autochtone, mène une vie tranquille avec ses quatre enfants et ses vieux parents dans une nouvelle hutte près de leur forêt, après avoir perdu sa maison et son village dans le réservoir d’un barrage hydroélectrique. La famille de Neang est l’une des 50 familles qui ont choisi de rester sur leurs terres ancestrales, alors que la plupart des villageois ont déménagé sur des terres offertes en dédommagement, y compris son ex-mari, laissant femme et enfants derrière lui.

Vivre près de la nature permet à Neang et à sa famille de gagner leur vie de manière plus indépendante et plus paisible. Mais son rêve de paix est menacé par les autorités qui revendiquent la terre pour l’offrir à une plantation de caoutchouc chinoise, laquelle projette d’envahir toute la zone verte. Neang se joint aux villageois pour protéger leurs maisons et leurs terres. Ils doivent mener différentes luttes contre les autorités, tandis qu’elle-même se reconstruit lentement une nouvelle vie de famille, en tant que mère monoparentale.

 




 
Une bourse de 10,000$ a été accordée à un deuxième cinéaste. Cependant, pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons dévoiler actuellement ni l’identité, ni le projet de ce cinéaste. Nous le ferons en temps opportun.


 




Sarvnik Kaur, lauréate d’une bourse de 10,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
La cinéaste indienne Sarvnik Kaur s’est mérité la troisième bourse de 10,000$ pour son projet Against the Tide.

RÉSUMÉ DU PROJET

La mer coule dans les veines de Rakesh et Ganesh. La mer est leur mère, leur lignée. Elle leur a donné leur identité, les a nourris, et dans son giron, leur fraternité s’est épanouie. Ce sont des Kolis, les pêcheurs indigènes de Bombay. Mais la mère aimante et bienveillante qu’ils ont toujours connue est en train de changer sous leurs yeux : elle se réchauffe et se meurt. Les moyens de subsistance de Rakesh et Ganesh, de même que leur relation, sont désormais en péril. La détérioration du climat entraîne des conflits entre les frères. Elle les éloigne l’un de l’autre, les pousse dans deux directions opposées, sur des trajectoires différentes.

 




Pankaj Johar, lauréat d’une bourse de 5,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Une bourse de 5,000$ a été octroyée au cinéaste indien Pankaj Johar pour son projet Catching Them Young. Cependant, pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons dévoiler actuellement le projet détaillé.


 




Pascale Appora-Gnekindy, lauréate d’une bourse de 5,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
La cinéaste centrafricaine Pascale Appora-Gnekindy a remporté une bourse de 5,000$ pour son projet Eat Bitter (Le pêcheur de sable).

RÉSUMÉ DU PROJET

Eat Bitter est un documentaire vérité qui se déroule en République centrafricaine (RCA). Bien que le pays soit l’un des plus pauvres au monde, il attire depuis peu d'importants investissements venus de l’étranger. Comme dans d’autres contrées d’Afrique, les migrants qualifiés en provenance de Chine sont le moteur de cette modernisation. Mais ce développement n’est pas sans coûts. Derrière ce progrès apparent se cache une réalité moins glorieuse….

Les travailleurs locaux sacrifient leur dignité, maltraitent leur corps et dénaturent notre environnement pour extraire du sable, un matériau essentiel pour la construction. A travers les portraits croisés d'immigrés chinois et centrafricains, Eat Bitter capture la rencontre entre deux communautés diamétralement opposées sur le papier mais qui apprennent à se connaître et à travailler ensemble dans le même but: construire une banque, symbole du pouvoir et de l’argent.

Et nos personnages sont prêts à dénuder la terre, souffrir en silence et détruire leur vie de famille pour avoir une place à la table de la prospérité. Ce film documente le dilemme de mon pays et de la nature humaine en général, constamment partagés entre désir de modernité et traditions.

 




Coraci Ruiz et Julio Lima, lauréats d'une bourse de 5 000 $ de la Fondation Alter-Ciné
 
Les cinéastes brésiliens Coraci Ruiz et Julio Lima ont obtenu une bourse de 5,000$ pour leur projet Iridescent, A House With no Prejudice.

RÉSUMÉ DU PROJET

Une maison dans le quartier de Campinas (État de São Paulo) abrite six transsexuels qui vivent et luttent pour survivre. Issus de milieux différents, ils ont une histoire commune de rejet familial, l’expérience d’être sans abri et un changement de vie grâce à Suzy Santos, créatrice et présidente de la "maison sans préjugés", un lieu qui accueille les personnes transgenres en situation de vulnérabilité. Dans un contexte postpandémique, une petite équipe de tournage s’intègre à la vie du groupe pendant trois mois pour brosser un portrait intimiste de ce quotidien extraordinaire. Le film bouleverse les stéréotypes et donne de la profondeur à des personnages marginalisés dans la société.
 




Sarvnaz Alambeigi, lauréate d’une bourse de 5,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
La cinéaste iranienne Sarvnaz Alambeigi a reçu une bourse de 5,000$ pour son projet Broken Flower.

RÉSUMÉ DU PROJET

Broken Flower a dix-huit ans. Elle fait partie d’une nouvelle génération d’adolescentes afghanes qui veut changer les traditions hostiles aux femmes de l’Afghanistan. Née en Iran, son approche de la vie est différente de celle de sa famille. Ses parents sont ouvriers et Broken Flower veut devenir une athlète professionnelle de Muay Thai (art martial). Son père lui a cassé le bras à deux reprises afin de réprimer ses aspirations; elle a alors pris conscience qu’une femme ne devient pas une héroïne dans la société afghane. Loin de sa famille, Broken Flower se prépare pour les compétitions professionnelles de Muay Thai.

Outre la violence familiale, d’autres problèmes et obstacles se profilent à l’horizon. En Iran, en raison de sa nationalité, il lui est impossible d’intégrer l’équipe nationale féminine de Muay Thai. Il ne lui reste qu’une seule option : partir pour l’Afghanistan et y intégrer l’équipe nationale. L’insécurité de la situation qui prévaut en Afghanistan rend ce chemin difficile, imprévisible et dangereux pour elle.