English  |  Español
Les Gagnants

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017


GAGNANTS DES BOURSES 2017
En 2017, la Fondation Alter-Ciné a reçu 80 projets documentaires provenant de 35 pays.



Dario Doria, lauréat d’une bourse de 10,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Dario Doria, cinéaste argentin, s’est mérité une bourse de 10,000$ pour son projet Vicenta.

RÉSUMÉ DU PROJET

Pauvre et analphabète, Vicenta vit en banlieue de Buenos Aires avec sa plus jeune fille, Laura, atteinte d’une grave déficience intellectuelle. Lorsque Laura est victime d’abus sexuel et se retrouve enceinte, Vicenta demande aux médecins de pratiquer une interruption de grossesse permise dans ces circonstances par la loi argentine. Une juge, à la morale très étroite, interdit cependant l’avortement. L’histoire se retrouve dans les médias et prend la tournure d’un débat national : Vicenta décide alors d’agir et l’avortement de sa fille se pratique dans la clandestinité. Quelques années plus tard, en réponse à la plainte déposée par Vicenta, la Commission des droits humains de l’ONU condamne l’État argentin pour avoir violé les droits de Laura.

 




Phuong Thao Tran, lauréate d’une bourse de 10,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Phuong Thao Tran, cinéaste vietnamienne, a remporté une bourse de 10,000$ pour son projet Adieu Pomelo.

RÉSUMÉ DU PROJET

Deux ouvriers originaires de provinces rurales du Vietnam sont engagés pour détruire un quartier populaire de Hanoï devant laisser place à une immense route. Malgré la violence de la mafia locale qui les harcèle et un patron peu scrupuleux qui tente de les abuser, nos "héros" décident de vivre ces conditions infernales comme une comédie absurde et sarcastique. Pendant toute une année, ils travailleront jour et nuit afin de gagner assez d'argent pour célébrer le Nouvel An Lunaire.

 




Arya Rothe, lauréate d’une bourse de 5,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Une bourse de 5 000 $ est accordée à la cinéaste indienne Arya Rothe pour son projet A Rifle and a Bag (Un fusil et un sac).

RÉSUMÉ DU PROJET

En Inde, le gouvernement a créé un programme d’amnistie dans le but de mettre fin au mouvement de guérilla naxalite. Quinze familles y ont adhéré et ont bâti un village à l’orée de la jungle. Des couples formés à l’époque des mariages arrangés par les Naxalites, d’anciens dirigeants maoïstes, des femmes à la tête de commando et des rebelles enrôlés très jeunes habitent maintenant le même village dans l’espoir de redevenir des civils. Cet espoir est cependant refroidi par le malaise que suscite leur passé sanguinaire. Comme ils sont une source précieuse d’information, plusieurs d’entre eux, ironiquement, finissent par intégrer le corps policier. Certains souhaitent renouer avec leur famille, mais la honte les en dissuade. D’autres passent d’un petit boulot à un autre en attendant la concrétisation des promesses gouvernementales. Leur quête identitaire est mise à mal à mesure que l’optimisme du début s’érode.

 




Atieh Attarzadeh Firozabad et Hesam Eslami, lauréats d'une bourse de 5,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Les cinéastes iraniens Atieh Attarzadeh Firozabad et Hesam Eslami ont remporté une bourse de 5,000$ pour leur projet Staring at the Sun (Les yeux fixés sur le soleil).

RÉSUMÉ DU PROJET

Depuis presque 20 ans, un établissement caritatif près de Téhéran héberge plus de 500 patients atteints de troubles mentaux chroniques. Ces patients n’ont aucun espoir de vivre à l’extérieur de ce centre en raison de la gravité de leur maladie ou parce que leur famille ne peut pas prendre soin d’eux. Les règles en matière de séparation des genres, qui régissent ce genre d’établissements, sont très strictes : les relations sexuelles entre patients sont interdites. Dans ce contexte, un donateur accepte d’offrir des installations matrimoniales à sept couples choisis parmi les patients. Les rumeurs au sujet de cette décision perturbent la vie des patients. De quelle façon cette décision bouleverse-t-elle la vie de ces personnes qui, depuis leur internement, ont toujours vécu séparées les unes des autres? Qui sont les couples choisis? Comment procédera-t-on pour les préparer au mariage et les accompagner par la suite? Quels sont les droits dont jouissent ces personnes, alors qu’elles n’ont même pas celui de choisir leur état civil?

 




Valentina Llorens, lauréate d'une bourse de 5,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Une bourse de 5 000 $ est accordée à la cinéaste argentine Valentina Llorens pour son projet La casa de Argüello (La maison de Argüello).

RÉSUMÉ DU PROJET

Les ossements d’un disparu lors de la dictature militaire des années 1970 en Argentine sont retrouvés. Ce sont les restes de Sebastian, l’oncle de Valentina, la réalisatrice du film. La douleur que ravive cet événement se raconte à travers quatre générations de femmes de cette famille : la grand-mère Nelly qui a perdu deux de ses fils; la mère Fátima et sa vie de prisonnière politique; Valentina, fille de Fátima, née en prison, et son long parcours pour renouer avec sa mère; Frida, fille de Valentina, qui n’a que 5 ans lorsqu’elle est projetée dans ce lourd passé qui ébranle les fondements de sa famille.