English  |  Español
Les Gagnants

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016


GAGNANTS DES BOURSES 2016
En 2016, la Fondation Alter-Ciné a reçu 95 projets documentaires provenant de 40 pays.



Sushmit Ghosh et Rintu Thomas, lauréats d'une bourse de 10,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Rintu Thomas et Sushmit Ghosh, cinéastes indiens, se sont mérité une bourse de 10,000$ pour leur projet Writing with Fire (Écrire envers et contre tout).

RÉSUMÉ DU PROJET

En Inde, les Dalits sont des « intouchables ». On suit l'histoire de Meera, une journaliste Dalit qui œuvre pour un journal rural entièrement dirigé par des femmes. Le milieu médiatique est dominé par les journalistes masculins, la corruption et les castes supérieures. Dans le but d'accroître leur lectorat, Meera et ses collègues acquièrent les connaissances nécessaires pour passer au journalisme numérique. La hausse soudaine de leur popularité inquiète leurs compétiteurs et contrarie leurs familles. Les élections provinciales ­ depuis toujours teintées de corruption et de violence ­ approchent. Que devront traverser Meera et ses collègues pour pouvoir rendre compte de ce qui se passe? Meera réussira-t-elle à convaincre les femmes du village de se joindre à elle pour changer leur destinée collective? Sera-t-elle capable de transformer les mentalités au sein de sa communauté? Grâce à la relation de confiance établie avec ces journalistes, nous assisterons aux changements qu'elles provoquent au sein de leur communauté, mais aussi à leur propre transformation.

 




Marwa Zein, lauréate d'une bourse de 5,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Marwa Zein, cinéaste soudanaise, a remporté une bourse de 5,000$ pour son projet Off Khartoum Sides (Khartoum hors-jeu).

RÉSUMÉ DU PROJET

À Khartoum, la capitale soudanaise, il est illégal pour les femmes de fumer et de boire, ou de sortir sans porter le voile. Qu'en est-il lorsque, de surcroît, elles font partie d'un groupe ethnique minoritaire et qu'elles ont peu ou pas d'instruction? Le Soudan est déchiré par des guerres régionales et de constantes crises sociales et économiques. Cependant, Sarah, Henda et Gaddal bravent les interdits pour jouer au soccer. La cinéaste brosse un portrait étonnamment moderne de ces jeunes femmes qui, malgré les nombreuses embûches, revendiquent le droit de vivre leur vie comme elles l'entendent. Elles affichent une détermination, une solidarité et une joie de vivre qui sont contagieuses.

 




 
Une troisième bourse de 5 000 $ est accordée à un cinéaste de la République démocratique du Congo. Pour des raisons de sécurité, la Fondation préfère, pour l'instant, taire le nom du cinéaste et la description de son projet.

 




Andrey S. Diarra, lauréat d'une bourse de 5,000$ de la Fondation Alter-Ciné
 
Andrey S. Diarra, cinéaste malien, a remporté une bourse de 5,000$ pour son projet Renaissance.

RÉSUMÉ DU PROJET

Toutes les découvertes scientifiques et littéraires faites par des générations de savants africains depuis le XIe siècle, à Tombouctou, sont inscrites dans les manuscrits détenus et transmis de génération en génération. Ces manuscrits écrits en langues africaines et arabes sont méconnus et, aujourd'hui, menacés de disparition. Le film retrace l'histoire du Mali et de l'Afrique à travers les traductions d'extraits de traités. Ces manuscrits sont également précieux pour le monde entier, car on y trouve notamment la toute première Déclaration des droits de la personne rédigée en 1236, et d'autres qui portent sur la bonne gouvernance et sur la médecine.