English  |  Español
Les Gagnants

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016


GAGNANTS DES BOURSES 2013
En 2013, la Fondation Alter-Ciné a reçu 70 projets documentaires provenant de 37 pays.



Michelle Serieux, lauréate de la bourse de $10,000 de la Fondation Alter-Ciné
 
Michelle Serieux, une cinéaste jamaïcaine de 32 ans s’est mérité la bourse de 10,000$ pour son projet « Swimming on Dry Land » (Nager sur la terre ferme).

RÉSUMÉ DU PROJET

« Nager sur la terre ferme » suit la vie poignante de trois jeunes gais jamaïcains, au moment où l’homosexualité fait l’objet d’un débat public sur l’île, aussi bien au plan politique, médiatique que religieux. Le titre du film renvoie au terme « poisson » utilisé en Jamaïque pour désigner les homosexuels; il rappelle aussi leur marginalisation, mais également la grande détermination dont font preuve certains d’entre eux pour vivre et aimer en Jamaïque. Le film explore les enjeux sociaux liés à l’homophobie dans ce pays et donne la parole à des personnages complexes qui vivent des expériences très différentes du fait d’être gais et Jamaïcains. Enfin, le film critique les lois discriminatoires relatives à l’orientation sexuelle et réclame le respect des droits des homosexuels où qu’ils soient dans le monde.

 




Tatiana Huezo, lauréate d’une bourse de $5,000 de la Fondation Alter-Ciné
 
Tatiana Huezo, une cinéaste de 41 ans née au Salvador et vivant au Mexique, a remporté une bourse de $5,000 pour son projet « Tempestad » (Tempête).

RÉSUMÉ DU PROJET

Un jour, Mela est arrêtée sur son lieu de travail. Sans preuve à l’appui, on l’accuse de « trafic d’êtres humains et de crime organisé ». Mela est incarcérée dans une prison de haute sécurité au nord du Mexique, à plus de 2000 km de chez elle. Elle garde une trace indélébile de la violence subie au cours de ces neuf mois d’emprisonnement.

En autobus, du nord au sud du Mexique, nous suivons la route que Mela a empruntée pour retourner chez elle après sa libération. Tout au long de ce voyage, porté par sa voix, le film nous révèle le portrait intime de Mela et les séquelles qu’ont laissées la brutalité et l’impunité auxquelles elle a été confrontée.

Ce film parle de la peur qui paralyse. La peur comme une maladie qui empêche de se projeter dans l’avenir, autant le sien propre que celui de ses enfants, et qui réduit la capacité de rêver et de s’accomplir.

 




Yves Montand Niyongabo, lauréat d’une bourse de $5,000 de la Fondation Alter-Ciné
 
Yves Montand Niyongabo, un cinéaste rwandais de 25 ans, a remporté une bourse de 5,000 pour son projet « Giti, Paradise in Hell » (Giti, un coin de paradis en enfer).

RÉSUMÉ DU PROJET

GITI est une commune située dans la partie nord du Rwanda, un pays au cœur même de l’Afrique. Même si l’histoire de ce pays est riche à plus d’un titre, on le connaît surtout à cause du génocide perpétré contre les Tutsis en 1994 : un million de personnes y furent massacrées en seulement cent jours. Le pays au complet s’est transformé en bain de sang, à l’exception de cette commune. Le film relate l’histoire incroyable de cette communauté qui a choisi d’agir différemment en s’opposant au génocide. Ses habitants ont opté pour l’humanité. Le cinéaste nous présente des gens ordinaires ayant vécu une situation extraordinaire, en l’occurrence un génocide.