English  |  Español
Les Gagnants

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016


GAGNANTS DES BOURSES 2008
En 2008, la Fondation Alter‑Ciné a reçu 88 projets de documentaires provenant de 28 pays.



 
YIFAN LI, cinéaste de 42 ans de Chine, s'est mérité la bourse de 10 000 $ pour son projet documentaire intitulé « The Year of Pork » (L’année du cochon).

Résumé du projet

En une année, le prix du porc a doublé, parfois même triplé, ébranlant l’alimentation de base des Chinois. Ce film raconte diverses histoires interreliées : celles d’un fermier, d’un commerçant, d’un boucher et d’un homme d’affaires, tous liés à la production et au commerce du porc. Les fermiers chinois deviennent le « maillon faible » de l’industrialisation et de la mondialisation.
Yifan Li, lauréat de la bourse de 10 000 $ de la Fondation Alter‑Ciné  




Diana Cuellar, lauréate d’une bourse de 5 000 $ de la Fondation Alter‑Ciné
 
DIANA CUELAR, cinéaste de 39 ans de Colombie, a remporté une bourse de 5 000 $ pour son projet documentaire intitulé « Mama Chocó ».

Résumé du projet

Chocó est une des régions du monde qui possède le plus de richesses naturelles et hydrauliques. Paulina est aussi fertile que sa terre, mère de 26 enfants, sage-femme et artiste. Une femme animée d’une joie et d’un amour de la vie hors du commun.

Un jour, un bombardement l’oblige à quitter sa maison et sa terre avec famille et voisins. Comme des milliers de déplacés, elle marchera pendant des mois avant d’arriver à Cali, la troisième ville de Colombie, où elle vit dans une maison de bois, de plastique et de terre battue : le sort de millions de déplacés qui vivaient de pêche, d’élevage ou d’agriculture, mais qui, dans les villes, ne trouvent pas de travail.

Par des chansons, Paulina évoque son village Bojaya et nous emmène dans un voyage imaginaire à travers une région riche mais détruite par la guerre, d’où nous parvient la voix de ceux qui sont restés sur place. Une chronique de la douleur de l’exil et de la lutte pour vivre dignement dans un lieu qu’elle pourrait enfin appeler SA maison.

 




Jonathan Ben Efrat, lauréat d’une bourse de 5 000 $ de la Fondation Alter‑Ciné
 
JONATHAN BEN EFRAT, cinéaste de 35 ans d’Israel, s'est mérité une bourse de 5 000 $ pour son projet documentaire intitulé « Shock Therapy » (Thérapie de choc).

Résumé du projet

On ne peut comprendre le processus de privatisation qui balaie Israel sans prendre en considération le « Programme Wisconsin » visant à privatiser les services d’embauche : un programme qui a suscité des débats houleux.

«  Le chômage constitue un problème personnel, une intoxication, une dépendance envers l’État  », affirme Aki Efron, le partenaire israélien de la société hollandaise Agens dans sa succursale de Hadera. «  Ce programme est une bonne façon de briser cette mauvaise habitude  ».

Le film révèle les pièces du casse-tête humain, passant de l’optimisme et du pouvoir des opérateurs de ce programme, au monde de désespoir de ses participants. Il témoigne des changements qui s’opèrent en Israel, d’une société jadis basée sur la solidarité à une société marquée aujourd’hui par de profondes inégalités sociales
 




Mamadou Cissé, lauréat d’une bourse de 5 000 $ de la Fondation Alter‑Ciné
 
Mamadou Cissé, cinéaste de 41 ans du Mali, a remporté une bourse de 5 000 $ pour son projet documentaire intitulé« Korafola, la joueuse de kora ».

Résumé du projet

Ce film dressera le portrait intime de Madina, une musicienne qui a perdu la vue en 2002. Madina est la seule Malienne à jouer de la kora, cet instrument de musique traditionnellement réservé aux hommes issus de la caste des griots, dépositaires de la mémoire collective et de la tradition orale. Passionnée par cet instrument, Madina décide de braver la tradition et de chanter, notamment, les droits des femmes.

Elle est célibataire et travaille en compagnie de ses collègues garçons musiciens au rythme des concerts. Madina vit avec ses neveux dans une grande cour qu’elle partage aussi avec d’autres colocataires. Madina n’est pas griotte, donc ne célèbre pas les manifestations sociales comme le font les griots… jusqu’au jour où sa cousine la convainc d’animer la partie musicale du baptême d’une amie.